FURTHER WEST

Aux Etats-Unis, sur la côte pacifique, la congestion des ports de Los Angeles et Oakland conduit à un transfert massif du fret sur les ports de la côte Est, ne faisant que déplacer le problème sur des ports déjà bien suturés.

La situation est telle qu’il n’est plus possible d’évacuer les conteneurs vides des terminaux et des parcs bien souvent créés à la hâte pour les y entreposer.

Depuis bien longtemps, les USA importent plus qu’ils exportent. Les effets du Covid et ses conséquences économiques ont conduit beaucoup d’importateurs à multiplier leur approvisionnement et conduit à cette situation.
Les moyens logistiques en sous capacité doivent répondre à une demande grandement supérieure l’offre.

Comparons aujourd’hui les possibilités de transport depuis l’Europe, sur un rendu domicile non dédouané en Californie, pour un fret pouvant être chargés dans un conteneur 40’ à 44000 lbs.

En all-water (via le Canal de Panama), nous sommes en transit-time moyen à plus de 70 jours (après embarquement) pour un coût avoisinant les plus de 12.000 USD.

En aérien, en une semaine : plus de 70.000 USD (conditions relevées semaine 10).

En maritime via la côte Est (New York ou Norfolk) avec transload dans nos entrepôts et relivraison en FTL sous un délai maximum d’un mois : 25.000 USD.

Au regard de la capacité que le marché Nord Américain va devoir absorber d’ici aux prochains mois, les tensions sur le transatlantique et transpacifique risquent de s’exacerber : « Il y aurait une augmentation prévue de 60% du nombre de navires entre la chine et la côte est des dans les mois à venir du fait des modifications d’itinéraires » alerte Sea- Intelligence.